accueil

Vincent Tiger, Une planche, une voile, et une carrière internationale en kitesurf

Vincent Tiger est un surfeur, véliplanchiste et surtout kitesurfeur bien connu en presqu’île… et ailleurs. Alors que la cohabitation entre sports de glisse et baigneurs fait des vagues et que se profile le Derby Kite et Paddle, il nous parle de sa carrière, et du kitesurf.

Quel est ton parcours ?

Je vis à La Baule depuis 15 ans et j’ai tout de suite été passionné par les sports de glisse, dont le kite. Je m’y suis mis dès les débuts du kite en 1999, puis avec plus de moyens en 2002, et j’ai commencé la compétition à partir de 2004. J’ai été champion de France en 2005, deuxième de la coupe du monde en 2006, et j’ai gagné 3 fois le Derby Kite de La Baule. Puis j’ai eu des problèmes de ligaments aux genoux, c’est devenu compliqué car je ne suis pas revenu au niveau d’avant, et j’ai arrêté ma carrière pro en 2009 après un accident. En 2005, le championnat de France tombait la semaine de révision du bac, et je n’ai pas ouvert un cahier de la semaine. Comme j’ai gagné le championnat, mes parents m’ont permis de continuer dans le kite, à condition de reprendre des études plus tard. J’ai donc repris des études à 25 ans, et je travaille désormais dans une PME en presqu’île.

C’est un sport particulièrement dangereux ?

Il a eu cette réputation, mais le matériel a évolué, et la navigation aussi. Quand j’ai eu mon accident en 2009, on nous a envoyés en mer avec 50 nœuds de vent, alors qu’il en faudrait deux fois moins. Les conditions étaient dures, mais j’avais 24 ans et je n’avais peur de rien… Maintenant, je choisis mon activité en fonction des conditions : le surf s’il n’y a pas de vent, le kite s’il y en a moyennement, et la planche si le vent est fort. Le kite dans le vent fort, ça marche aussi, mais ce n’est pas ce que je préfère.

Quelles sont les épreuves des compétitions ?

La plus réputée est le freestyle, où il faut faire le maximum de figures en 7 minutes dans une zone. Il y a aussi les vagues, comme en surf, le speed crossing qui est une régate comme en planche ou en voile. Quant à la vitesse, c’est une discipline à part, avec des gars qui ne font que ça. Ils sont équipés pour. Il y a aussi le foil, qui débute, et est idéal dans un vent léger.

Est-il facile de débuter ?

N’importe qui peut commencer, et le mieux est de passer par une école, pour apprendre les bases. Un stage de 5 jours suffit. On peut aussi apprendre tout seul ou avec des amis, ce que j’ai fait. Le matériel coûte un certain prix au départ, mais après c’est gratuit, il n’y a pas d’abonnement à payer. Avec deux voiles et une planche de freestyle, on peut naviguer souvent. Le kite peut être dangereux si on ne respecte pas certaines règles, mais c’est vraiment un sport accessible à tout âge. À Pornichet, il y a des riders de 70 ans.

On parle beaucoup de «  l’interdiction  » dans la baie, en juillet et août…

L’interdiction existe depuis longtemps, et ça pose problème depuis toujours. Pont Mahé (Assérac) a réussi à créer une zone kite et une zone de baignade dans une plage de 2 km classée Natura 2000, et La Baule et Pornichet n’y sont pas arrivées avec 8 km de plage à Saint-Brévin aussi, baigneurs et sports de glisse vivent ensemble. En plus quand il y a beaucoup de vent, il n’y a personne sur l’eau et sur la plage, la baignade est interdite, et on ne nous laisse quand même pas naviguer. Le plus rageant, c’est que La Baule utilise l’image du kite dans sa com ! Résultat, des Parisiens viennent à La Baule pour faire du kite, et se retrouvent à St Brevin et Pont Mahé pour naviguer… En septembre, tout le monde va profiter de l’image du kite avec le Derby, mais on ne fait rien pour nous.

Vous serez au Derby Kite du 24 au 27 septembre ?

Bien sûr ! C’est grâce au Derby que j’ai trouvé mes premiers sponsors et que j’ai pu faire le tour du monde. En septembre il n’y a pas toujours beaucoup de vent, le Derby a donc évolué. Chaque année il y a de plus en plus de foilers car ils peuvent décoller dans 6 nœuds de vent. Mais c’est vraiment une autre discipline, il faut être fin sur ses appuis, c’est technique.

Lisez Pays-Blanc en ligne

N° 69

Consultez tous les numéros précédents en cliquant ici

Carnet de Bord

Le Pouliguen - Guérande
La Baule - Pornichet
Disponible ici en version numérique et en version papier

Où trouver Pays-Blanc

plan

Voir les points de distribution