accueil

Un décret, pas un couperet

Nous respecterons donc le décret, et serons attentifs aux espaces exploités, à la propreté et à toutes les règles qui doivent s’appliquer, mais cela ne sera pas au détriment de l’activité économique et restera transparent pour les usagers de la plage.

Dans une vision à plus long terme, quelle place souhaitez-vous voir accorder aux établissements de plage, et quelle évolution souhaitez-vous privilégier ?

Je tiens à dire avant tout que je n’ai pas d’exemple d’établissement qui se comporte mal, et ils doivent être rassurés, ainsi que leurs clients et partenaires, sur leur avenir. Nous disposons de deux ans pour établir un cahier des charges et mettre en place les appels d’offres, et il est évident que toutes les règles régissant les appels d’offres seront respectées, mais il est vrai que les gens en place bénéficient forcément d’une légère avance puisqu’ils connaissent parfaitement l’activité et l’exercent dans des conditions qui ne posent aucun problème à la collectivité. Nous voulons faire vivre et animer la ville toute l’année, pas essayer de faire venir le mieux disant sur de seules bases financières. Nous allons désormais travailler avec l’État, notamment pour solutionner l’ouverture à l’année, lors d’une phase transitoire de 2015 à 2017, puis mettre en place les appels d’offres.

Pornichet est dotée d’un port en eau profonde, et d’un port d’échouage. Ces sites, et la ville elle-même, sont-ils armés pour résister à de nouvelles grosses tempêtes ?

Depuis Xynthia, un principe de précaution a été mis en place, pour éviter tout nouveau drame. Une étude a été menée sur toutes les zones susceptibles d’être inondées, et Pornichet a la chance d’être bien protégée. Le seul secteur posant problème, l’hippodrome, a été traité avec des travaux d’assainissement et des pompes puissantes, et aujourd’hui nous pouvons affirmer que même avec une tempête de type Xynthia plus 3 mètres d’eau, lui seul serait sous les eaux.

Concernant les deux ports, je m’étais engagé comme candidat à une réflexion sur la mutualisation des moyens. Nous avons la chance de disposer de deux ports, mais qui sont gérés par des structures différentes. Il faudrait désormais que l’on raisonne comme s’ils étaient gérés en commun. Un progrès a été réalisé dans ce sens, puisque les travaux de dragage ont été confiés à la même société. La réflexion porte également sur une mise en valeur du port en eau profonde qui dépasse le simple cadre des plaisanciers, et nous intégrons dans notre vision un meilleur lien entre le port et le quartier du marché. C’est du long terme, mais il faut faire connaître la vie du port hors nautisme, avec ses boutiques, ses restaurants, et un point de vue différent sur la baie.

La plage est un atout touristique et économique indiscutable pour votre commune, est-ce en termes de charges un poste délicat à gérer, et comment l’utiliser encore plus ?

Nous faisons des efforts considérables pour nettoyer la plage, enlever les algues. Nous en assurons aussi la sécurité de nuit avec des brigades, ce dont peu de personnes se doutent. En été, une compagnie de CRS est sur place, partagée par La Baule et Pornichet. Tout ceci représente un coût important, mais c’est un investissement nécessaire. Il peut y avoir quelques polémiques dans la mesure où nous proposons des animations d’été aux estivants, qui parfois font un peu de bruit, mais Pornichet est une station à vocation familiale et balnéaire et nous souhaitons proposer un certain nombre d’activités. Globalement tout se passe bien, et tout le monde a compris que la ville se doit d’être festive, mais dans le respect des règles et lois.

Pornichet à des atouts considérables, mal utilisés à ce jour. Les touristes qui viennent le font pour le port, la plage, et quand il y a 40 000 personnes qui se promènent sur le bord de mer, aucune n’entre dans les centres commerciaux, ou à l’intérieur de Pornichet. Nous travaillons sur ce sujet, et une étude sur les plans de circulation, de stationnement et sur le quartier de la gare est en cours. Il faut que les gens aient envie de rentrer dans Pornichet et découvrir les commerces qui y sont pourtant nombreux et dynamiques. Certaines personnes qui sont place du marché ne savent même pas qu’il y a des commerces place du Dauphin ! La refonte du plan de circulation est lancée et nous avons prévu un gros effort de communication auprès des commerçants et Pornichétins, avec une conférence de presse et des réunions publiques en novembre. Notre objectif est de finaliser l’étude en fin d’année, commencer les travaux début 2015, et les achever avant la fin de l’été, avec bien sûr une pause pendant l’été.

Enfin, comme Pornichétin, quel est votre rapport à la plage ?

Je suis joggeur, donc courir le long de la plage est un plaisir immense. J’aime aussi me baigner, naviguer, sans oublier de passer un bon moment le soir sur une terrasse, face au soleil couchant. En tant que maire, j’apprécie le panorama, les ports, qui sont une particularité, nos établissements de thalassothérapie qui traduisent le bien-être à Pornichet, et la qualité de certains restaurants. Je regrette seulement que peu de visiteurs s’éloignent du bord de mer, car il y a mille choses à y découvrir.

Lisez Pays-Blanc en ligne

N° 69

Consultez tous les numéros précédents en cliquant ici

Carnet de Bord

Le Pouliguen - Guérande
La Baule - Pornichet
Disponible ici en version numérique et en version papier

Où trouver Pays-Blanc

plan

Voir les points de distribution